Page:L’Œuvre de P.-C. Blessebois, 1921.djvu/216

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

202
L’ŒUVRE DE P.-CORNEILLE BLESSEBOIS

— À toute autre personne qu’à vous, répliqua Nicaise, en rougissant et en abaissant la vue contre terre, je n’aurais jamais accordé, madame, ce que vous souhaitez de moi, mais, comme j’ai juré de vous respecter et de vous obéir toute ma vie, je veux bien vous ouvrir mon secret, et même, sur quelques particularités, je serais ravi de prendre votre conseil. Vous saurez donc, madame, une chose que je ne vous aurais jamais dites si vous ne me l’eussiez commandé, qui est que j’aime avec la passion la plus violente du monde la plus aimable personne qu’on ait vue sous le ciel ; mais comme mon amour est grand, mon respect est aussi extrême, et ce profond respect a fait que je n’ai jamais osé lui dire ce que je souffrais pour elle et que j’ai beaucoup mieux aimé être malheureux jusqu’à cette heure qu’indiscret. Dites-moi donc, madame, est-il temps à présent que je parle ? N’est-ce pas assez longtemps faire agir les soupirs et ne puis-je pas me plaindre aux pieds de celle que j’aime des maux qu’elle me fait endurer ? Son humeur est douce, ses yeux sont tendres, son cœur…

— Quoi ! interrompit Lupanie avec colère, croyant qu’il parlait d’une autre, vous ne savez m’entretenir que des beautés de votre maîtresse ! Il faut que vous ayez l’esprit du dernier mal tourné pour la louer en ma présence, et à moins que vous ne l’eussiez perdu entièrement, vous ne l’auriez pas fait.