Page:L’Œuvre de P.-C. Blessebois, 1921.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

8
L’ŒUVRE DE P.-CORNEILLE BLESSEBOIS

Le Bretteur, comédie nouvelle et galante en trois actes. Imprimée pour l’année 1758.

Pet. in-12 de 24 pp. C’est la même pièce que la précédente dont on a seulement changé le titre. Elle a été imprimée en cachette par un ouvrier inhabile et elle a été fort mal typographiée.

Les souteneurs et les soutenues, comédie en vers et en trois actes (1738).

M. Cléder a eu sous les yeux un manuscrit dans lequel la pièce Marthe le Hayer porte le titre que voilà. C’est une version qui présente quelques différences sans importance avec le texte imprimé.

Filon réduit à mettre cinq contre un, amusement pour la jeunesse, par Pierre Corneille de Blessebois.

Pet. in-12 de 26 pp., s. l. n. d. (Hollande, Elzévier, 1676). Pièce en vers entre Filon et Mirène, Lisette, Catin, Marote, Alise, Jeanneton et Isabelle. Très rare.

Filon réduit à mettre cinq contre un, amusement pour la jeunesse, par P.-Corneille de Blessebois. Leyde, 1676.

Pet. in-12 de II ff., y compris le titre.

L’Eugénie, tragédie dédié [sic] à S. A. le prince d’Orange, par P.-Corneille Blessebois, s. l. n. d.

Pet. in-12 de 42 pp., y compris 5 ff. préliminaires, plus 3 ff. n. chif. à la fin. (Leyde, Elzévier, 1676.) En trois actes et en vers.

Voici le sujet de cette pièce : Eugénie, fille du gouverneur d’Égypte, est déguisée en homme et sous cette apparence inspire une violente passion à Mélance, jeune dame romaine. Celle-ci, irritée d’une froideur qu’elle attribue au mépris de ses charmes, accuse Eugénie d’avoir tenté de lui ravir son honneur. Eugénie, en révélant son véritable sexe, déjoue l’imposture. Dans un sonnet au lecteur, placé en tête de cette tragédie, dédiée à S. A. R. le prince d’Orange, Corneille Blessebois dépeint la triste situation où il se trouvait à son arrivée en Hollande. Voici le sonnet :


Le barbare Destin, qui me livre la guerre
Et qui me fait courber sous le poids de ses fers,
M’a fait naître poète errant par l’Univers
Au son des doux accents que le Parnasse enserre.