Page:L’Œuvre de P.-C. Blessebois, 1921.djvu/224

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

210
L’ŒUVRE DE P.-CORNEILLE BLESSEBOIS


obligeamment reçu que s’il ne se fût rien passé, et, le même jour, lui voyant un diamant au doigt, elle feignit de le vouloir acheter et le loua tellement qu’il ne se put dispenser de le lui donner. Quand il sortait de Pottamie pour aller en quelque ville plus considérable, elle était si adroite à l’engager à lui apporter des nippes des plus propres et des plus belles et à lui donner des commissions qu’il ne pouvait s’en défendre, et comme il n’était pas contraint de s’en tenir à une pension viagère, le moindre de ses présents valait plus que tous ceux d’Anthonin ensemble. Il est vrai qu’elle aurait été injuste si elle se fut plainte de ce moine, puisqu’il donnait tout ce qu’il avait, et que même, pour la contenter, il s’efforçait de pousser plus avant qu’il ne pouvait et plus souvent qu’il ne devait, puisqu’elle lui avait vu, avec plaisir, plusieurs fois tomber lâchement les armes des mains au commencement du combat.

Mais, comme un jour Schelicon était à la campagne et qu’il en était aux prises avec elle, faisant tous ses efforts pour achever sa course, Nicaise était à la porte qui retournait de Sirap, avec quantité de nippes des plus à la mode qu’il lui apportait. Lupanie donna seulement le temps à Anthonin de sortir de sa chambre et, prenant promptement son éventail, elle tâcha d’abattre la rougeur que l’action qu’elle venait de faire avait peinte sur son visage.

On ne peut témoigner plus de tendresse à un homme