Page:L’Œuvre de P.-C. Blessebois, 1921.djvu/230

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

216
L’ŒUVRE DE P.-CORNEILLE BLESSEBOIS


de n’être avec autre qu’avec son mari, puisqu’elle avait cru avoir ouï descendre Nicaise, lui dit :

— Mon Dieu, que faisiez-vous là si longtemps ? que ne vous couchez-vous ? Vous me pouviez bien dire que nous passerions la nuit avec tant de plaisir ?

Nicaise, se sentant furieusement ému à ces reproches, sans se donner le temps de répondre, se déshabille et se jette entre ses bras. À peine observait-elle la différence de la grosseur de ce qu’elle tenait et de ce qu’elle croyait tenir, que Schelicon, ayant achevé d’écrire quelques lettres, entre dans la chambre avec un flambeau à la main, et, levant les rideaux du lit, regarde Nicaise si avantageusement placé. Je vous laisse à deviner la surprise de tous trois : Lupanie, de trouver son mari en deux endroits ; Nicaise, de le sentir si proche de lui, et Schelicon, de voir sa femme entre les bras d’un autre. Enfin, après ces premières surprises, il fallut que Nicaise composât, et les articles furent qu’il donnerait une bonne somme d’argent à Schelicon et sa table, et que Schelicon aussi lui laisserait l’usufruit de la place, dont il se réserverait seulement la propriété. Le traité tient encore, et ils vivent tous avec la plus grande union du monde, sur quoi on a fait le sonnet suivant :

SONNET

M. T. P., le bruit court que tu n’as plus d’honneur.
Parce que tu te sers par trop de médecine.