Page:L’Œuvre de P.-C. Blessebois, 1921.djvu/252

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

238
L’ŒUVRE DE P.-CORNEILLE BLESSEBOIS


bien joué ; elle lui fit redire plus de cent fois la peur qu’il avait eue, de quelle manière le Zombi l’avait jeté par terre, et le serment qu’il avait fait de ne plus coucher dans la chambre haute ; et sa joie était si parfaite d’avoir été invisible, et elle en concevait tant à le pouvoir encore devenir par mon moyen qu’on aurait dit qu’elle en était devenue folle ou qu’elle avait bu de l’eau de cette fontaine poétique, qui fait rire excessivement ceux qui vont s’y désaltérer.

La femme est l’animal le plus faible du monde,
            Plus à redouter que l’Enfer
            Et plus orageuse que l’onde ;
La plus saine vertu lui trouve un cœur de fer ;
Le crime le plus noir la trouve toujours prête ;
L’Ange cruel lui coiffe le bandeau,
            Et même cette sotte bête
            S’expose devant le carreau
            Qui doit lui écraser la tête.

La comtesse mettait tout en usage pour achever de s’insinuer dans mon esprit et pour apprendre à le faire d’elle-même quand il lui plairait. Je n’avais qu’à sembler vouloir quelque chose pour la mettre sur le pied de me l’offrir, et ce pouvoir où j’étais entré sans me l’être ouvert par aucune action extraordinaire ne contribua pas légèrement à rallumer dans son cœur la passion dont elle avait déjà brûlé pour le prince étranger. Il ne me quittait non plus que mon ombre,