Page:L’Œuvre de P.-C. Blessebois, 1921.djvu/282

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

268
L’ŒUVRE DE P.-CORNEILLE BLESSEBOIS


mal. Ils ne vous ont pas liée et garrotée, comme le bruit en court, puisque même vous confessez qu’ils n’ont put obtenir de votre opiniâtreté de vous ôter d’une place où vous pouviez être exposée à la vue et à la risée de tout le monde. — Vous me l’aviez défendu, méchant garçon, répondit-elle, et je croyais d’autant plus aisément que c’étaient des esprits malins qui me faisaient tant de niches que tout à l’entour de moi cela sentait le soufre si fort que le cœur me manquait à tout moment. — Cela n’avait garde de manquer à sentir le soufre, lui répartis-je en riant, car les Zombis ne volent jamais pour épouvanter le peuple qu’ils n’aient dans les mains des torches qui en sont composées ; et vous êtes bien heureuse, madame, de ne les avoir pas vues, car leur aspect est mortel, et personne des humains n’en peut supporter la sombre lumière. »

            Elle resta sans répartie
            À ce discours qui ne vaut rien :
            La nature est si pervertie
            Qu’on croit mieux le mal que le bien.

Nous en étions là de notre conversation quand Benjamin de Gennes, le prince étranger, le vicomte du Carbet, le baron de Marigot, son petit frère, sa mère, ses sœurs et sa nièce survinrent et prièrent la comtesse de Cocagne d’entrer à la maison. Elle ne se fit point déchirer, et dès que l’on eut pris des sièges,