Page:L’Œuvre de P.-C. Blessebois, 1921.djvu/289

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

275
LE ZOMBI DU GRAND-PÉROU


            La médisance se l’immole,
Et ce monstre inhumain dont Dieu le veut punir
            Est comme un oiseau qui s’envole
            Et qu’on ne saurait retenir.

On juge de moi, continuai-je, par la couleur de mes plumes, et l’on me croit fort subtilisé à cause que j’habille parfois une ode en épître et que je sais un peu appliquer l’azur et le corail sur les yeux et sur la bouche de Philis ou de Sylvie ; enfin je déplais parce que, Dieu merci, je ne suis pas tout à fait semblable à beaucoup d’autres à qui mes conquêtes donnent de la jalousie, et que je sais naturellement l’art de rendre pitoyable le cœur d’une femme et de découvrir Vénus au signe de la Vierge. » Nous causions de cette sorte, Cadot et moi, quand le sommeil, qui ne fait guère plus de quartier que la médisance, mais dont les blessures sont agréables et salutaires, nous porta dans ses bras jusqu’au point du jour, que je montai à cheval afin d’achever mon voyage. J’étais si débile et le cœur me faisait si grand mal, que je mettais pied à terre à tout moment pour me soulager ; je n’allais, pour ainsi dire, que par ressorts et par machines, et, toutefois, il n’était pas encore deux heures de soleil que j’avais atteint le Dos-d’Âne : c’était beaucoup pour moi en l’état où j’étais, mais il est vrai aussi que toute ma force était épuisée et que je perdais courage quand je considérais avec étonnement l’âpreté de cette montagne.