Page:L’Œuvre de P.-C. Blessebois, 1921.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

42
L’ŒUVRE DE P.-CORNEILLE BLESSEBOIS


Perfide, ne crois pas qu’une semblable plainte
Procède du chagrin de voir ta flamme éteinte ;
Ta lâche trahison me laisse sans amour,
Et je voudrais t’avoir prévenue en ce tour.

TOINON

Dites-nous le sujet qui si fort vous transporte.

LUBIN

Tu ne mérites pas le courroux qui m’emporte,
Mais enfin tel qu’il soit, crois qu’il n’est pas léger,
Puisqu’il m’a de tes fers déjà su dégager.

TOINON

Il est d’autres bergers.

LUBIN

       Il est d’autres bergères.

TOINON

Qui seront plus constants.

LUBIN

         Qui seront moins légères.

TOINON

Qui sauront mieux connaître un cœur comme le mien.

LUBIN

Qui sauront mieux serrer les nœuds de leur lien.

TOINON

De qui l’esprit mieux fait couvera plus d’hommage.

LUBIN

De qui plus de pudeur donnera moins d’ombrage.

TOINON

Et de qui les accès jusques à leur fureur
Ne porteront jamais l’audace de leur cœur.