Page:L’Œuvre de P.-C. Blessebois, 1921.djvu/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

59
LE RUT OU LA PUDEUR ÉTEINTE

RONDEAU REDOUBLÉ

  Pressé d’une mortelle rage,
  Et réduit dans l’affliction
  D’un perpétuel esclavage,
  Je te fais cette objection :

  Sujet de mon affection,
  Mon frère, as-tu bien le courage
  De me voir, sans compassion,
  Pressé d’une mortelle rage

  Hélas ! ton âme est bien sauvage,
  Nonobstant ta conversion,
  D’abandonner un frère en cage,
  Et réduit dans l’affliction !

  Est-ce ton inclination
  Que j’embrasse le cocuage ?
  Car je n’ai plus l’intention
  D’un perpétuel esclavage.

  Quoi ! trouves-tu de l’avantage
  À cette honteuse union ?
  D’un noble et vertueux langage
  Je te fais cette objection.

  Souffre que ma correction
  Sur ton esprit jeune et volage
  Fasse une forte impression ;
  Car j’ai recours à ton suffrage.