Page:L’Œuvre de P.-C. Blessebois, 1921.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

60
L’ŒUVRE DE P.-CORNEILLE BLESSEBOIS

À CHARDON POUR LE PRIER DE COLLATION

  Nous avons l’âme d’un futin,
  Trois grandes bouteilles de vin ;
  Viens croître le nombre des canes ;
  Je suis certain que c’est du bon :
  Viens vite, nous sommes trois ânes
  Impatients de leur chardon.



CONTRE M. DE MARLE

Monseigneur l’Intendant, dont l’âme est basse et vaine,
Travaille tellement à l’apprêt de la mort
Que, lors du jugement, il manquera d’haleine
Pour prononcer l’arrêt de mon funeste sort.



CONTRE UNE HUGUENOTE

  Une huguenote, dit-on,
  Se mêle de poésie :
  Ah ! ce n’est donc pas sans raison
  Qu’on y trouve tant d’hérésie.



CONTRE LES FEMMES

Rondeau.


Tu ne saurais être bien marié,
Le plus beau cœur te fût-il dédié ;
N’y pense pas, mon cher ami Combelle.
Le sexe est lâche, inconstant, infidèle,