Page:L’Œuvre de P.-C. Blessebois, 1921.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

66
L’ŒUVRE DE P.-CORNEILLE BLESSEBOIS


Dont les destins martyrisent nos sens,
Enivrez-vous de cent plaisirs récents,
   Puisqu’hymen vous y fait atteindre,
Après que si parfait vous le sûtes former.
Et vous, leur sage amour, gardez de vous éteindre :
La nature n’a point de quoi vous rallumer.


Fin de la première partie.