Page:La Bigne Villeneuve - Cartulaire de l’Abbaye Saint-Georges.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
− 84 −

La couverture extérieure du livre mérite aussi d’être décrite ; sa richesse attestait le prix qu’on y attachait dans la communauté. Les plats de cette ancienne couverture en ais de bois étaient revêtus, dans l’origine, de feuilles d’argent doré dans le style des vieilles reliures du xiiie siècle ; les ornements y étaient gauffrés en relief, travaillés au repoussoir.

Sur l’une des faces, on voyait le Christ en croix, dont il ne reste plus que les deux mains ; la tête était entourée du nimbe orbiculaire. Au-dessus de la tête, sur la branche supérieure de la croix, on lit l’inscription suivante, disposée comme ceci ;

IHS.NA
ZA RE
NVS RE
X IVD
EORV
c’est-à-dire : Ihesus Nazarenus Rex Judeorum.

De chaque côté de la branche supérieure de la croix paraissent deux femmes voilées et nimbées, portant dans leurs mains des linges et une coupe ; leur attitude est celle de la douleur et de la compatissance ; elles semblent recevoir le sang qui coule des plaies du Sauveur. Deux autres personnages nimbés se tenaient aussi au bas de la croix, mais on ne voit plus qu’un fragment des nimbes qui couronnaient leurs têtes. Ce devait être la Vierge Marie et saint Jean, le disciple bien-aimé.

L’encadrement du pourtour subsiste en entier ; il consiste en palmettes à six lobes, encadrées de losanges reliés entre eux par de petits cartouches décorés d’un rang de perles et qu’accompagnent des feuillages finement découpés.

La face opposée de l’autre plat est plus mutilée encore. Dans une grande auréole elliptique à double orle, — l’intérieur formé de moulures godronnées, l’extérieur d’une rangée de