Page:La Bigne Villeneuve - Cartulaire de l’Abbaye Saint-Georges.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
− 85 −

perles, — était circonscrite la figure de Jésus-Christ, docteur. On distingue encore la circonférence du nimbe crucifère, la main droite élevée supportant un disque chargé d’un A ; à gauche est placé l'ω, symbole de l’éternité et de l’infinité divine. Les quatre animaux évangéliques remplissaient les écoinçons aux quatre angles de l’auréole. Deux seulement subsistent aujourd’hui : l’aigle à droite et l’ange à gauche, dans les deux angles supérieurs. Le lion et le bœuf, qui étaient au bas, ont disparu.

L’encadrement se compose d’un entrelacement de rinceaux alternativement contrariés. Deux inscriptions se lisent, disposées latéralement a l’auréole centrale, sur deux lignes vertiticales :

L'une à droite : W L'autre à gauche : IG
AR NO
IN GA
VS N
MI E⋮ ⋮
LE S
FIS
ER
IV

La traduction de ces deux légendes offre plus d’une difficulté.

Je propose pour la première la lecture suivante : « Warinus miles filius Eriu. »

Dans la seconde, en partie effacée et fruste, ne pourrait-on pas retrouver le mot « Ignogan » (Inoguen), nom de femme qui serait la sœur ou l’épouse du chevalier Warin? [1]

Leurs noms, inscrits sur la couverture métallique de

  1. Le nom d'Ignoguen se lit dans les nomenclatures des tenanciers de l'abbaye de Saint-Georges.