Page:La Fontaine - Œuvres complètes - Tome 2.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Puis monta seule, et, ne voyant André,
Crût qu’il estoit quelque part enfermé.
Comme la Dame estoit en ces alarmes,
Sire Guillaume, ayant quitté ses armes,
La fait asseoir, et puis commence ainsi :
L’ingratitude est mere de tout vice :
André m’a fait un notable service ;
Parquoy, devant que vous sortiez d’icy,
Je luy rendray si je puis la pareille.
En mon absence il a fait une oreille
Au fruit d’Alix : je veux d’un si bon tour
Me revancher, et pense une chose.
Tous vos enfans ont le nez un peu court :
Le moule en est asseurément la cause.
Or je les sçais des mieux raccommoder.
Mon avis donc est que sans retarder,
Nous pourvoyions de ce pas à l’affaire.
Disant ces mots, il vous prend la Commere,
Et prés d’André la jetta sur le lit,
Moitié raisin, moitié figue en joüit.
La Dame prit le tout en patience ;
Bénit le Ciel de ce que la vengeance
Tomboit sur elle, et non sur sire André ;
Tant elle avoit pour luy de charité.
Sire Guillaume estoit de son costé
Si fort émeu, tellement irrité,
Qu’à la pauvrette il ne fit nulle grace
Du Talion, rendant à son Epoux
Féves pour pois, et pain blanc pour fouace.
Qu’on dit bien vray que se venger est doux !
Tres-sage fut d’en user de la sorte :
Puis qu’il vouloit son honneur reparer,
Il ne pouvoit mieux que par cette porte
D’un tel affront, à mon sens, se tirer.
André vit tout, et n’osa murmurer ;
Jugea des coups, mais ce fut sans rien dire,
Et loüa Dieu que le mal n’estoit pire.