Page:La Fontaine - Œuvres complètes - Tome 2.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Son Altesse à Frere Guillaume,
Un des beaux Moines du Royaume :
Moy, qui paye à Frere Girard,
Je voulois luy porter ma part.
Que de maux la langue nous cause !
Quand ce mary sceut toute chose[1],
Il resolut premierement
D’en avertir secretement
Monseigneur, puis les gens de Ville ;
Mais comme il estoit difficile
De croire un tel cas dés l’abord ;
Il voulut avoir le rapport
Du drosle à qui payoit sa femme.
Le lendemain devant la Dame
Il fait venir Frere Girard,
Luy porte à la gorge un poignard[2] ;
Luy fait conter tout le mystere :
Puis ayant enfermé ce Frere
A double clef, bien garoté,
Et la Dame d’autre côté,
Il va partout conter sa chance.
Au logis du Prince il commence ;
Puis il descend chez l’Eschevin ;
Puis il fait sonner le tocsin.
  Toute la Ville en est troublée.
On court en foule à l’assemblée ;
Et le sujet de la rumeur
N’est point sceu du peuple dismeur[3].
  Chacun opine à la vengeance.
L’un dit qu’il faut en diligence

  1. Édition de 1668 :
    Quand le mary sceut toute chose.
  2. Édition de 1668 :
    Il porte à sa gorge un poignard.
  3. Ces quatre derniers vers sont supprimés dans l’édition de 1685.