Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 1.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
LA VIE


geurs égarez (aucuns diſent que c’eſtoient des Preſtres de Diane) le prierent au nom de Jupiter Hoſpitalier, qu’il leur enſeignaſt le chemin qui conduiſoit à la Ville. Eſope les obligea premierement de ſe repoſer à l’ombre ; puis leur ayant preſenté une legere collation, il voulut eſtre leur guide, & ne les quitta qu’aprés qu’il les eut remis dans leur chemin. Les bonnes gens leverent les mains au Ciel, & prierent Jupiter de ne pas laiſſer cette action charitable ſans recompenſe. A peine Eſope les eut quittez, que le chaud & la laſſitude le contraignirent de s’endormir. Pendant ſon ſommeil il s’imagina que la Fortune eſtoit debout devant luy, qui luy délioit la langue, & par meſme moyen luy faiſoit preſent de cet Art, dont on peut dire qu’il eſt l’Auteur. Réjoüy de cette avanture, il s’éveilla en ſurſaut ; & en s’éveillant : Qu’eſt-cecy, dit-il, ma voix eſt devenuë libre ? je prononce bien un raſteau, une charuë, tout ce que je veux. Cette merveille fut cauſe qu’il changea de Maiſtre. Car comme un certain Zenas, qui eſtoit là en qualité d’Oeconome, & qui avoit l’œil ſur les Eſclaves, en eut battu un outrageuſement pour une