Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 1.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
D’ESOPE.


à une petite Chienne qui eſtoit les délices de ſon Maiſtre. Xantus de retour ne manqua pas de demander des nouvelles de ſon Preſent, & ſi on l’avoit trouvé bon. Sa femme ne comprenoit rien à ce langage : on fit venir Eſope pour l’éclaircir. Xantus qui ne cherchoit qu’un pretexte pour le faire battre, luy demanda s’il ne luy avoit pas dit expreſſément : Va-t-en porter de ma part ces friandiſes à ma bonne Amie ? Eſope répondit là-deſſus, que la bonne Amie n’eſtoit pas la femme, qui pour la moindre parole menaçoit de faire un divorce ; c’eſtoit la Chienne qui enduroit tout, & qui revenoit faire careſſes aprés qu’on l’avoit battuë. Le Philoſophe demeura court : mais ſa femme entra dans une telle colere, qu’elle ſe retira d’avec luy. Il n’y eut parent ni amy par qui Xantus ne luy fit parler, ſans que les raiſons ni les prieres y gagnaſſent rien. Eſope s’aviſa d’un ſtratagême. Il acheta force gibier, comme pour une nôce conſiderable, & fit tant qu’il fut rencontré par un des domeſtiques de ſa Maîtreſſe. Celui-cy luy demanda pourquoy tant d’appreſts ? Eſope luy dit, que ſon Maître ne pouvant obliger ſa femme de revenir, en alloit épouſer une