Page:La France foutue, 1796.djvu/161

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion


Beaucoup de roturiers ont pris parti avec les nobles. Ont-ils fait des ingrats ?

Il eût été à souhaiter que Louis XVI au lieu d’exiler le duc d’Orléans, l’eût fait décapiter ; il nous eût sauvé de la révolution, de la guerre civile, et lui-même et son auguste famille vivraient encore.

Il faut, disait un Mandarin, qu’un homme ait la force d’en perdre un autre, quand il le mérite, et sur-tout quand le bien de plusieurs l’exige.




SCÈNE III.


D’ORLÉANS.

(34) Je cherche des plaisirs, et non point des honneurs… Le duc d’Orléans préférait à l’honneur, les plaisirs et l’intérêt. Tout le monde connaît ses sales débauches et sa cupidité : en voici un trait que bien des gens ignorent. Lorsqu’il fit bâtir le palais royal, on lui proposa, au lieu de mansardes, de construire sur tout le palais, un jardin à l’italienne ou à la grecque ; il ne voulut pas y consentir, vu qu’il préférait le rapport, au faste d’un pareil jardin.

N 2