Page:La Pérouse - Voyage de La Pérouse, Tome 1.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
vii
PRÉFACE.

les peines, les recherches, les démarches que le zèle seul le plus actif pouvait soutenir, et les retards nécessités par les circonstances, semblaient la rendre impraticable.

L’impression avait été décrétée en 1791, et rien n’était commencé en 1793, époque à laquelle j’en ai été chargé. Un papier-monnaie dont la valeur décroissante faisait rompre les marchés des artistes et fournisseurs presque aussitôt qu’ils étaient formés, ou qui leur faisait opposer à mes efforts une inertie désespérante, calculée sur l’espoir d’un avenir plus heureux ; l’opinion voisine du délire qui forçait alors d’accommoder au temps, contre la vérité de l’histoire, les dénominations, les usages d’un autre temps, ce qui m’a forcé, à cet égard, de rester passif pendant plus d’une année ; enfin, un nouveau papier-monnaie, et l’embarras dans les finances du gouvernement, quand le numéraire a reparu : telles ont été les causes physiques et morales du retard que j’ai éprouvé.

Pour me mettre à portée de concilier les