Page:La Pérouse - Voyage de La Pérouse, Tome 1.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
xxvi
DISCOURS

les uns, pour marquer leurs longitudes, sont partis de l’Occident, d’autres de l’Orient, en comptant jusqu’à 360 degrés. Les autres, et c’est le plus grand nombre parmi les modernes, ont divisé leurs longitudes en orientales et en occidentales : or, la différence entre les méridiens des observatoires d’Europe étant la même pour les méridiens de leurs antipodes, il s’est trouvé par cette division à l’Est et à l’Ouest, qu’une longitude était, comme dans notre hémisphère, occidentale pour l’un, lorsqu’elle était orientale pour l’autre. De là il est résulté des erreurs, qu’on éviterait en comptant uniformément les longitudes jusqu’à 360 degrés, et en convenant de partir par l’Occident. La seule objection contre cette manière de compter, est qu’elle ne donne pas constamment, par la progression des degrés, une idée de la distance ; c’est-à-dire que jusqu’à 180 degrés, méridien des antipodes, on sent bien que les degrés marquent l’éloignement ; mais à partir de ce point, tout le monde n’est pas en état de concevoir qu’à 200 degrés de longitude on soit moins