Page:La Pérouse - Voyage de La Pérouse, Tome 1.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
xxxviii
DISCOURS

trois autres bâtimens auraient éprouvé le même sort, si la nuit ne les eût dérobés à la poursuite des deux frégates.

L’année suivante, le gouvernement français forma le projet de prendre et de détruire les établissemens des anglais dans la baie d’Hudson. La Pérouse parut propre à remplir cette mission pénible dans des mers difficiles ; il reçut ordre de partir du cap Français, le 31 mai 1782. Il commandait le Sceptre de soixante-quatorze canons, et il était suivi des frégates l’Astrée et l’Engageante, de trente-six canons chacune, commandées par les capitaines de Langle et la Jaille ; il avait à bord de ces bâtimens, deux cent cinquante hommes d’infanterie, quarante hommes d’artillerie, quatre canons de campagne, deux mortiers et trois cents bombes.

Le 17 juillet, il eut connaissance de l’île de la Résolution ; mais à peine eut-il fait vingt-cinq lieues dans le détroit d’Hudson, que ses vaisseaux se trouvèrent engagés dans les glaces, où ils furent considérablement endommagés.