Page:La Pérouse - Voyage de La Pérouse, Tome 1.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
xlvii
PRÉLIMINAIRE.

la Pérouse céda par bonté aux instances du gouverneur Hearn ; il lui rendit le manuscrit, mais à la condition expresse de le faire imprimer et publier dès qu’il serait de retour en Angleterre. Cette condition ne paraît point avoir été remplie jusqu’à présent : espérons que la remarque qui en est faite, rendue publique, produira l’effet attendu, ou qu’elle engagera ce gouverneur à faire connaître si la compagnie d’Hudson, qui redoute qu’on ne s’immisce dans ses affaires et son commerce, s’est opposée à sa publication[1].

L’époque du rétablissement de la paix avec l’Angleterre en 1783, termina cette campagne. L’infatigable la Pérouse ne jouit pas d’un long repos ; une plus importante campagne l’attendait : hélas ! ce devait être la dernière. Il était destiné à commander l’expédition projetée autour du monde en 1785, dont les préparatifs se faisaient à Brest.

  1. L’anecdote qu’on vient de lire m’était inconnue, lorsque j’ai écrit la note qu’on verra, tome II. page 218.