Page:La Pérouse - Voyage de La Pérouse, Tome 1.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
liv
DISCOURS

soupçonnent est peut-être encore plus affreux que celui qu’il éprouve ; et peut-être n’a-t-il échappé à la mort que pour être livré aux tourmens continuels d’un espoir toujours renaissant et toujours trompé ; peut-être a-t-il échoué sur quelqu’une des îles de la mer du Sud, d’où il tend les bras vers sa patrie, et attend vainement un libérateur……

» Ce n’est pas pour des objets frivoles, pour son avantage particulier, que M. de la Pérouse a bravé des périls de tous les genres ; la nation généreuse qui devait recueillir le fruit de ses travaux, lui doit aussi son intérêt et ses secours.

» Déjà nous avons appris la perte de plusieurs de ses compagnons, engloutis dans les ondes ou massacrés par les sauvages : soutenez l’espérance qui nous reste de recueillir ceux de nos frères qui ont échappé à la fureur des flots ou à la rage des cannibales ; qu’ils reviennent sur nos bords, dussent-ils mourir de joie en embrassant cette terre libre…… »