Page:La Révolution surréaliste, n02, 1925.djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


6 - TEXTES SURREALISTES maigres, les pouces aux tempes. La voici qui m’étrangle. Je lui dis : Nuit, nuit, va rejoindre le bercail ; les flammes que j’ai vues couronner ton front ne sont guère plus remarquables que les miennes ; retourne dans cette prison d’où tu viens, et ne t’inquiète plus des gestes incohérents que je pourrais faire. Les cohérents te suffisent, ils marquent ce désir que j’ai de te féliciter de m’aimer, cl de te prier d’ouvrir décidément cette porte sur la vnil. Plutôt voir s’agiter les grandeurs farouches. et mourir d’ennui, que projeter cette lumière profonde sur l’aujourd’hui qui nie guette. I.e malheur apocryphe me ronge, je lui défendsl’eutrée de ce parc, je le menace de l’éternité, il croit alors pouvoir s’agenouiller lace aux chapelles qui glissent sur l’horizon moqueur. Je lui raconte toute nia carrière, les succès officiels et les particuliers, il m’avoue sa crainte, et le refus que je lui lis d’une bouchée de pain. Quel homme charmant, quel délicieux squelette. Maisj’aime tant la douceur, (pieje suis comme écartclé d’un devoir à Paul rc, ou plutôt glissant magn iliq nenien I de col espoir tendre qu’est la douceur, jusqu’à la religion de soi-même et son plaisir perfide qu’est la cruauté. Paul Kluard : Anguillede praline, pensée .le vitrail, élévation des sentiments, il esl dix heures, le ne réussirai pas à séparer les mandolines des pistolets, avec les unes les uns font de la musique à en perdre la vie. Ce soir d’août, pendant que les enfants jouent sur lesplacesdes banlieuesles plus célèbres, je réfléchis : si les héritiers des ombres s’étonnent d’être séparés des hommes, qu’ils s’en prennent au masturbateur bien connu : le diable vert des légendes du roi Henri IV qui portait un cheval blanc sur son dos pour se rendre à la sacrée guerre contre les Visigoths. A la tête de Montmartre, une aventurière, fille d’un champion bien connu, apprenait aux jeunes hommes a se servir de leur expériencepour le remarquable jeu du billard en bois. Qu’on nie cite un amateur de billard en bois n’ayant pas estimé à leur juste mesure les troubles de la puberté. L’ironie est une chose, le scarabée rossignolet en est une autre. Je préfère l’épiaiset te à prendre les animaux féroces de nos déro utes les plus célèbres. I,’ hoinme chauve descendit, un jour de printe mps, dans la cave de craie II avait les mains pleines. Quanti il les ouvrit, la cave respirait à peine. Je propose aux hommes de bonne volonté l’usage des nuances incertaines. Et (pie votre volonté soit faite, un certain nombre de fois, deux par exemple, pour (pic je puisse compter, m’endorniir et me réjouir. Antonin Artaud : Le monde physique est encore là. C’est le parapet du moi qui regarde, sur lequel un poisson Oiorttiotir Chirico.