Page:La Revue blanche, t27, 1902.djvu/263

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Ces différents chiffres, dit le rapporteur, nous permettent de déterminer ce que l’on pourrait rappeler le coefficient de rédaction du salaire journalier apparent qui permet d’arriver au salaire réel. « Nous recevons 4 francs par jour, disent les ouvrières ; cela fait en réalité 3 francs, dimanches, fêtes et chômages déduits. »

Ouvrières du noyau :

Le coefficient est de 24 à 29 p. 100, c’est-à-dire qu’un salaire de 3 fr. et 4 fr, doit être abaissé de 24 à 29 p. 100 pour qu’on obtienne le salaire réel :

Soit : 2 fr. 13 ou 2 fr. 84.

2° Ouvrières « intermédiaires » :

Le coefficient est de 37 à 46 p. 100. Soit 1 fr. 62 ou 2 fr. 16.

3° Ouvrières supplémentaires :

Le coefficient est de 57 p. 100. Soit 1 fr. 29 ou 1 fr. 72.

Le rapporteur a soin de dire que ces salaires ne sont pas l’expression exacte de la réalité. Il a raison. Il y a d’abord une erreur capitale dans son estimation : il a pris pour base dans les trois catégories d’ouvrières le salaire uniforme de 3 à 4 francs. Le noyau, « l’intermédiaire » et la supplémentaire ont des salaires assez différents.

Voici quelques monographies d’ateliers qui montrent que les salaires journaliers au-dessous de 3 francs ne sont pas rares.

Atelier n° 12 Accolade ouvrante.png 1 ouvrière 2 fr. 75
1 ouvrière 2 » 50
 
Atelier n° 15 Accolade ouvrante.png 1 première 3 fr.
1 ouvrière 2 » 50
1 ouvrière 1 » 50
 
Atelier n° 19 Accolade ouvrante.png 1 ouvrière 3 fr.
1 ouvrière 3 »
1 ouvrière 2 »
1 ouvrière 2 »
1 ouvrière 2 »
 
Atelier n° 14 Accolade ouvrante.png 1 première 3 fr.
1 ouvrière 2 »
1 ouvrière 1 » 50
Atelier n° 18 Accolade ouvrante.png 1 ouvrière 4 fr.
1 ouvrière 3 »
1 ouvrière 2 » 75
1 ouvrière 2 »
Atelier n° 20 Accolade ouvrante.png 1 ouvrière 4 fr. 50
1 ouvrière 3 »
1 ouvrière 2 » 50
1 ouvrière 2 » 50
1 pte. main 1 » 50
1 pte. main 1 » 50

Il est vrai que dans d’autres ateliers on voit des garnisseuses à 5 francs, 6 francs et même 7 francs. Mais tout le monde sait qu’il s’agit là d’une infime minorité. Les salaires ci-dessus sont les plus fréquents. Et si l’on cherche alors ce que M. du Maroussem appelle le coefficient de réduction du salaire, on constate généralement des salaires réels de 1 franc et au-dessous [1].

  1. Si l’on veut avoir une idée des bénéfices réalisés par les maisons de couture, il faut considérer la maison P. Fondée en 1891, la maison P. accusait cette année-là comme profit net, déduction des frais généraux et du prélèvement du patron, 15 803 francs.

    En 1892, elle accuse un bénéfice net de 96 854 francs ; en 1893, de 315 828 francs ; en 1894, de 821 053 francs : en 1895, de 1 170 994 francs ; en 1896, de 1 500 000 francs.

    Aujourd’hui la maison P. est transformée en société anonyme au capital de 12 millions et demi.

    Elle est la propriété de capitalistes anglais ; son siège social est à Londres.