Page:La Revue blanche, t27, 1902.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


s’en inquiéta plus ; il dit qu’il répondait de leurs pensions à Mme O’Flannigan et qu’il voulait s’amuser un peu aux dépens de ces gaillards-là ; il ajouta avec son coup d’œil farceur du bon vieux temps qu’il avait l’intention de les envoyer arpenter dans l’Utah et ensuite de télégraphier à Brigham de les pendre pour violation de territoire.

Les arpenteurs rapportèrent encore des tarentules à la maison, de sorte que nous en eûmes toute une ménagerie disposée sur les planches de la chambre. Il y avait de ces araignées qui pouvaient enjamber une soucoupe ordinaire de leurs pattes velues et musclées, et dès qu’on les contrariait ou qu’on offensait leur dignité, elles devenaient des furies, à la mine la plus sinistre de tout le règne animal. Si on frôlait le plus légèrement du monde le verre de leurs prisons, elles se dressaient et offraient bataille à la minute. Et raides, et fières ! elles ramassaient des bouts de paille et se curaient les dents avec, comme un membre du Congrès, positivement. Il soufllait comme d’ordinaire un « zéphir » furieux le premier soir après le retour de la Brigade ; environ vers minuit le toit d’une écurie contiguë à la maison s’envola et un de ses coins vint défoncer avec fracas le côté de notre « ranch ». Il s’ensuivit un réveil simultané, un rassemblement tumultueux de la Brigade dans le noir, et une bousculade générale des uns par-dessus les autres, dans l’allée étroite entre les deux rangées de lits. Au milieu du trouble, Bob H… se réveilla en sursaut d’un profond sommeil et d’un coup de tête fit tomber une planche. Instantanément il cria :

— Sauvez-vous, les enfants ! les tarentules qu’est lâchée !

Jamais avertissement ne sonna si terrible. Personne n’essaya plus de sortir de la chambre, de peur de mettre le pied sur une tarentule. Chacun tâtonna pour trouver une malle ou un lit et sauta dessus. Puis vint le silence le plus extraordinaire, silence de suspens sinistre, d’attente, d’appréhension, de crainte. Il faisait aussi noir que la poix et on ne pouvait qu’imaginer le spectacle de ces quatorze hommes en chemise, perchés délicatement sur des malles et des lits, car on n’en pouvait rien voir. Les voix qui s’élevaient de temps en temps n’étaient guère-enclines au bavardage ; vous entendiez simplement une légère exclamation : « Aô ! » suivie d’un puissant coup sourd et vous appreniez que ce monsieur avait senti une couverture de laine ou quelque chose contre sa peau nue et avait sauté par terre. Un autre silence. Tout d’un coup vous entendiez une voix pantelante dire :