Page:Labelle, Choquette - Rapport sur les stations agronomiques d'Ottawa et Guelph, Rapport sur diverses stations agronomiques des États-Unis, 1889.djvu/10

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

pour tous les laboratoires publics des États-Unis. Cette création a rendu des services réels en amenant la précision dans la pratique et l’uniformité dans les résultats.


DOSAGE DES MATIÈRES AZOTÉES


Ce dosage se fait d’après la méthode danoise de Kjendahl, méthode à la fois rapide, facile et économique. Elle consiste à transformer les matières albuminoïdes en sels ammoniacaux au moyen de l’acide sulfurique et de l’oxide de mercure ou du permanganate de potassium ; et, ensuite à distiller l’ammoniaque obtenue pour la recueillir dans une solution titrée d’acide. Les appareils distillatoires sont formés d’un tube d’étain enroulé en spirale, plongeant dans de l’eau froide.

Les Allemands ont apporté à cette méthode une modification qui permet de l’appliquer aux substances renfermant des nitrates aussi bien qu’aux nitrates purs. Au lieu de l’oxyde de mercure et du permanganate de potassium, ils ajoutent de l’acide phenol-sulphonic, du zinc granulé et quelques gouttes de chlorure de platine.

Cette méthode est appelée à rendre de grands services dans les laboratoires agricoles. On demande journellement la détermination de l’azote dans les substances alimentaires, dans les sols et dans les engrais chimiques. Et c’est un grand avantage de pouvoir mener de front un grand nombre d’opérations pour répondre aux demandes.


MATIÈRES GRASSES


Dans la détermination des matières grasses, la méthode aréométrique du professeur Sohlet est aujourd’hui remplacée par le traitement direct et prolongé pendant plusieurs heures, par l’éther de pétrole, la benzine légère ou l’éther sulfurique. L’échantillon d’essai, renfermé dans une petite éprouvette tarée, dont le fond est perforé, est placé au-dessus du ballon qui contient le dissolvant. Des vapeurs de ce dernier s’élevant du ballon chauffé au bain-marie, une partie se trouve en contact immédiat avec la matière grasse, le reste monte dans un long réfrigérant ascendant, se condense et retombe goutte à goutte dans l’éprouvette. L’échantillon est pesé avant et après l’opération ; la différence de poids donne la quantité de matière grasse dissoute.

L’acide phosphorique soluble et insoluble est dosé suivant les méthodes ordinaires. L’acide phosphorique rétrogradé est dissout dans le citrate neutre d’ammonium.