Page:Laberge - Visages de la vie et de la mort, 1936.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
16
VISAGES DE LA VIE ET DE LA MORT


LE SACRILÈGE



LE navire d’excursion parti de Vancouver arrivait à Alert Bay, village d’Alaska. Il faisait là une halte d’une heure environ afin de permettre aux voyageurs de visiter le vieux cimetière indien renommé pour ses totems. Lentement, le vapeur approcha du quai en bois construit sur pilotis. Un troupeau d’enfants à la peau cuivrée était réuni là et regardait curieusement la foule debout sur le pont. Le navire entra dans une eau noire, sale et huileuse dont le clapotis battait les poteaux enfoncés dans la rivière et supportait la plate-forme du quai.

Des champignons blêmes, livides, d’un blanc cadavéreux poussaient tout le long de ces poutres, les rongeaient comme une lèpre, non seulement sur la partie hors de l’eau, mais même sur celle qui plongeait dans cette onde noire, sale et huileuse. On aurait dit qu’elles souffraient toutes d’une étrange et repoussante maladie, car toutes étaient couvertes de cette hideuse végétation. Le navire était lent à accoster et sous le plancher du quai les passagers apercevaient cette eau noire dont la surface était couverte d’huile et de détritus de tout genre. Finalement, la passerelle fut placée et les voyageurs descendirent gaie-