Page:Labiche, Delacour, Choler - Les Chemins de fer, 1867.djvu/108

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Tapiou, écrivant.

Hum ! hum ! C’est ici la renommée.


Lucien.

Et pour dessert, je propose un plum-pudding.

Jenny.

Oh ! yes ! Oh ! I love plum-pudding. At my school, I made it, with bread, suet, Corinth raisins and rhum… You set fire to it, and moisten it all the time. Oh ! it is so good !

Oh ! oui. J’adore le plum-pudding. A la pension, c’était moi qui le faisais avec de la mie de pain, du gras de bœuf, du raisin de Corinthe et du rhum. On met le feu, et on arrose, on arrose ! (Se léchant les doigts.) Et c’est très bon !


Ginginet.

Qu’est-ce qu’elle dit ! (A Tapiou.) Vous avez entendu ? Vous en avez ?


Tapiou.

Hum ! hum ! C’est ici la renommée.


Ginginet.

Ecrivez !…


Jules.

Il n’y a pas besoin d’écrire… commandez, dépêchez-vous !


Tapiou, à part.

Et tout le monde qui est couché… (Ouvrant une armoire dans le buffet.) Une armoire !… Si je pouvais trouver…


Ginginet.

Eh bien ?


Tapiou.

Voilà ! (Se penchant dans l’armoire et criant.) Potage à la queue de castor en sautoir… soigné !


Ginginet.

Ca communique avec la cuisine…