Page:Labiche, Delacour, Choler - Les Chemins de fer, 1867.djvu/117

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Jules.

Voyons… ne vous fâchez pas… (A terre, en caleçon.) Je suis un homme bien élevé, monsieur… Je sais ce qu’on doit aux dames… et si je puis trouver à me loger ailleurs… (Saluant l’alcôve.) Madame, veuillez agréer…


Ginginet.

Ne regardez pas ! (A Jules.) Serviteur, monsieur, serviteur !

Jules sort par le premier plan droite.


Scène II

Ginginet, Courtevoil


Ginginet, courant vivement à l’alcôve.

Vite ! ma bonne amie, lève-toi ! Eh bien ! tu ne m’entends pas !

Il ouvre les rideaux.


Courtevoil, couché dans le lit à gauche, et rêvant.

Raplapla !


Ginginet, l’apercevant.

Hein ! le capitaine ! dans le lit de ma femme… et elle ?… Où est-elle ? (Il regarde sous le lit.) Personne ! (Secouant Courtevoil.) Capitaine ! capitaine !


Courtevoil, ouvrant un œil.

Tu m’embêtes !

Il se retourne de l’autre côté et dort.


Ginginet, refermant les rideaux.

Il y a quelque chose là-dessous… Car, mettre sa femme dans un lit et y retrouver un capitaine… ce n’est pas naturel… Je vais voir… m’informer… elle est peut-être par là !… Clémence ! Clémence ! (Il sort par la porte du premier plan, à gauche.)


Scène III

Courtevoil, Jules


Jules, rentrant du premier plan, à droite.

Pardon, monsieur… c’est encore moi… Tiens !… il est parti… (S’adressant à l’alcôve.) Madame, ex