Page:Labiche, Delacour, Choler - Les Chemins de fer, 1867.djvu/141

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Lucien.

Oh ! mais ne touchez pas !… Je les ai déposés chez votre banquier !


Bernardon.

C’est faux ! Si vous les avez déposés, vous devez avoir un reçu ?…


Lucien.

Certainement.


Ginginet.

Montrez-le (A Bernardon.) On va vous le montrer.


Lucien, tirant son portefeuille.

Il est là, dans mon porte-feuille. (Le feuilletant dans tous les sens.) Eh bien ! eh bien !


Tous.

Quoi ?


Lucien.

Je ne le trouve pas.


Bernardon.

Parbleu !


Lucien, se fouillant.

C’est qu’il n’y a pas à dire, pendant le voyage je n’ai tiré aucun papier de ma poche.

Jenny

Shall we soon take tea ?

Va-t-on bientôt prendre le thé !


Lucien, l’apercevant et poussant un cri.

Ah !


Tous.

Quoi donc ?


Lucien.

Miss Jenny ! Je le lui ai donné pour sa laine. (A Jenny.) Paper ! paper !

Jenny

What ?

Quoi !


Ginginet, passant à Jenny.

Oui, je me souviens… à la gare de Paris ; je vais lui expliquer… (A