Page:Labiche, Delacour, Choler - Les Chemins de fer, 1867.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Un Vieux Monsieur, à Jules, lui présentant un papier.

Monsieur, puisque vous êtes si obligeant… auriez-vous la complaisance de me rédiger mon bordereau ?


Jules.

Monsieur, je ne travaille que pour les dames !


Une vieille dame, se levant, son bordereau à la main.

Alors, monsieur, si c’était un effet de votre bonté !


Jules, avec force.

Pour les jeunes !


La vieille dame.

Monsieur ! je n’en ai que trois…

Jules disparaît par le troisième plan, à gauche, suivi de la vieille dame.


Scène III

Tapiou, Bernardon ; puis Pauline ; puis Lucien


Tapiou, riant.

Le truc a raté ! il n’a pas fait ses frais.


Bernardon, entrant, du troisième plan droite ; à part.

Une heure et demie… le conseil de surveillance ne se réunit qu’à deux heures… j’ai une demi-heure pour rédiger mon rapport, et j’arriverai encore à temps pour toucher mon jeton. (Il glisse sur une pelure de pomme jetée par Tapiou.) Aïe ! qu’est-ce que c’est… Une pelure de pomme…