Page:Labiche, Delacour, Choler - Les Chemins de fer, 1867.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Scène IV


Bernardon, Lucien


Lucien, entrant avec un sac de nuit, costume de voyage ; à part.

La famille de ma fiancée n’est pas encore arrivée. (Apercevant Bernardon.) Oh ! le patron !


Bernardon.

Tiens ! mon caissier !


Lucien, à part.

Cachons-lui que je vais me marier… (Haut.) Je profite de mes vacances pour aller faire une petite partie de chasse.


Bernardon.

Mais la chasse est fermée…


Lucien, embarrassé.

C’est dans un parc… clos de murs…


Bernardon, gaiement.

Un caissier qui prend le chemin de fer… c’est inquiétant.


Lucien.

Oh ! je serai revenu lundi soir… après la cérémonie.


Bernardon.

Quelle cérémonie ?


Lucien, troublé.

Mais… la cérémonie de la chasse… la curée ! (À part.) J’ai une peur de voir arriver les Ginginet… (Haut à Bernardon.) Adieu ! adieu !

Il sort deuxième plan gauche.