Page:Labiche, Delacour, Choler - Les Chemins de fer, 1867.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Colombe descendant avec son globe ; elle est très pâle.

Monsieur !…


Ginginet.

Quoi ?


Colombe.

Je ne me sens pas bien.


Ginginet.

Qu’est-ce que tu as ?


Colombe.

Je crois que c’est le melon… Vous m’avez dit de finir le melon.


Ginginet.

Dame ! il en restait quatre tranches. Nous ne pouvions pas les garder jusqu’au mois d’octobre… Mais je ne t’ai pas dit de te gorger… Voyons, d’où souffres-tu ?


Colombe.

Je souffre du bas de l’estomac.


Ginginet, indiquant le creux de l’estomac.

Là ?


Colombe.

Non… au-dessous…


Ginginet.

Ah ! sapristi ! nous voilà bien !… Tu ne peux pas te mettre en route comme ça… Va ! informe-toi !


Colombe.

Ah !… ça se passe.


Ginginet.

Ne te remue pas !

Clémence et Jenny descendent du wagon.


Clémence.

Est-ce que nous ne partons pas bientôt ?…