Page:Labiche, Delacour, Choler - Les Chemins de fer, 1867.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Ginginet.

Dans quelques minutes… (A Jenny, qui a un écheveau de laine rouge passé dans le bras et qui tricote.) La voilà déjà au travail… C’est un castor que cette nièce-là… elle me rappelle l’industrieuse Angleterre.


Clémence.

Chez elle, le tricot est une passion… J’ai cru comprendre qu’elle se faisait un couvre-pieds…


Ginginet, à Jenny.

Voyons, repose-toi… (Lui montrant le wagon.) Tiens ! Wagon !… Répète !


Jenny.

Oh ! yes ! wagon !


Ginginet.

Rail-way… tender.


Jenny, répétant.

Rail-way… tender.


Ginginet.

C’est pas mal… Je lui apprends le français… il n’y a que la prononciation qui ne va pas.


Colombe, bas à Ginginet, avec angoisse.

Monsieur !


Ginginet, bas.

Laisse-moi tranquille !… prends un parti !


Colombe, bas.

Je n’ose pas !


Ginginet, voyant entrer Lucien.

Ah ! M. Lucien !…


Lucien, saluant.

Madame… M. Ginginet… Miss Jenny…

Jenny, lui tendant la main

Good morning, sir.

Bonjour, monsieur.