Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/390

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Dardard.

Au point où nous en sommes…


Pontbichet.

Auparavant il serait peut-être convenable de faire la demande à sa mère.


Dardard, d’un air de doute.

Oh !… (Résigné.) Allons, j’y vais.


Pontbichet.

Je vous conseille d’élever la voix, attendu qu’elle est un peu…


Dardard.

Soyez tranquille, je vais lui beugler ma demande…


Pontbichet.

Oui, ce sera plus honnête ; allez, je vous rejoins.

Ensemble

Air : Quadrille de Paris la nuit

Dardard

À bientôt,
Je reviens, et tantôt
De sa fille
Si gentille
Je saurai bien toucher le cœur
En lui parlant de son bonheur

Pontbichet

À bientôt
Son retour, et tantôt
De ma fille
Si gentille
Il saura bien toucher le cœur
En lui parlant de son bonheur.