Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/450

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Gélinotte.

Madame Gélinotte !… autrefois maîtresse de poste à Châtellerault !


Tourterot, à part.

Je suis mordu !


Poupardin, à Tourterot.

Mais alors cette défunte n’était donc pas votre femme ?


Tourterot.

Eh ben, quoi ! une défunte d’occasion, là !… que j’ai épousée dans une vente pour sept francs… À qui que ça donne des engelures ?


Poupardin, regardant Gélinotte.

Mais alors… oui, ce nez… ces yeux… Jeune homme, votre âge ?


Tourterot.

Bon ! il va recommencer !


Gélinotte.

Moi ?… j’aurai vingt-cinq ans, comme César, aux vendanges !


Poupardin.

Juste !… Ah ! j’éprouve un je ne sais quoi !

Il défaille.

Tourterot, le soutenant.

Ah ! mais ça devient fatigant.


Poupardin.

La joie ! l’émotion !


Tous.

Mais qu’y a-t-il ?