Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/477

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Norine, reprenant sa lecture.

« … Que les deux bandits, qui étaient en état d’ivresse… »


Lenglumé, à part.

C’est bien ça !


Norine, achevant.

« … ont oublié près d’un sac à charbon que portait la victime. »


Lenglumé.

Du charbon ! (Lenglumé et Mistingue regardent leurs mains noirs et poussent un cri.) Ah !


Norine.

Qu’avez-vous donc ?


Lenglumé et Mistingue, cachant vivement leurs mains sous la table.

Rien !… rien !…


Norine, à Mistingue.

Une côtelette, monsieur ?


Mistingue.

Merci !… merci !… je n’ai plus faim !


Norine.

Et toi, mon ami ?


Lenglumé.

Moi non plus !


Norine, à Justin qui vient de rentrer.

Justin ! servez le dessert !


Mistingue.

Je n’en prendrai pas !


Lenglumé.

Nous n’en prendrons pas.