Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/497

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Lenglumé, touché.

Ah ! tu ne crains pas de m’embrasser, toi ! tu es un homme fort !


Potard, à part.

Qu’est-ce qu’il a ? (Haut.) J’entre dans votre cabinet pour écrire à mon créancier. Vous permettez ?


Lenglumé.

Tout ; mais tu me jures de jeter un voile épais ?…


Potard.

Sur quoi ?


Lenglumé.

Sur cette nuit d’horreur !


Potard.

Allons donc !… une peccadille !…


Lenglumé, satisfait.

Une peccadille !… Oh ! tu es un homme fort !


Potard.

Soyez tranquille, je n’en parlerai à personne… excepté à ma femme pourtant !


Lenglumé.

Ta femme ? La première bavarde du quartier !


Potard.

Je ne peux rien lui cacher. Elle a un talent pour me tirer les vers du nez.


Lenglumé.

Potard !… au nom du ciel !…


Potard.

Non ; je ne pourrais pas vous tenir parole !

Il se dirige vers le cabinet.