Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Fadinard, vivement.

Pas ici, madame, pas ici !… l’appartement est très malsain.


Voix de Nonancourt, au bas de l’escalier.

Mon gendre ! mon gendre !


Fadinard.

Voilà ! Voilà !… (Il boit. Revenant à Emile.) Qu’est-ce que nous décidons ?


Emile, à Anaïs.

Il faut absolument se procurer un chapeau tout semblable… et vous êtes sauvée !


Fadinard, enchanté.

Eh ! mais, parbleu !… l’Africain a raison !… (Lui offrant le morceau de chapeau.) Tenez, madame… voici l’échantillon… et en visitant les magasins…


Anaïs.

Moi, monsieur ?… mais je suis mourante !


Emile.

Vous ne voyez donc pas que Madame est mourante !… Eh bien… ce verre d’eau !…


Fadinard, lui offrant le verre.

Voilà… (Le voyant vide.) Ah ! tiens ! il est bu… (Offrant l’échantillon à Emile.) Mais vous, monsieur… qui n’êtes pas mourante ?


Emile.

Moi, monsieur, quitter Madame dans un pareil état ?…


Voix de Nonancourt.

Mon gendre ! mon gendre !


Fadinard.

Voilà !… (Allant poser le verre sur la table.) Mais, sapristi !