Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Scène IX

Fadinard, Emile et Anaïs, cachés, Nonancourt au fond ; puis Félix



Nonancourt, paraissant à la porte du fond et tenant un pot de myrte.

Mon gendre, tout est rompu ! (Il veut entrer.)


Fadinard, lui barrant le passage.

Oui… partons !


Nonancourt, voulant entrer.

Attendez que je dépose mon myrte.


Fadinard, le faisant reculer.

N’entrez pas !… n’entrez pas !

Nonancourt - Pourquoi ?


Fadinard.

C’est plein de tapissiers ! . venez !… venez !…(Ils disparaissent tous deux. La porte se referme.)


Anaïs, éplorée, se jetant dans les bras d’Emile.

Ah ! Emile !


Emile, de même, en même temps.

Ah ! Anaïs !


Félix, entrant et les voyant.

Qu’est-ce que c’est que ça ?