Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 01.djvu/90

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



La Baronne, étonnée.

Comment ?


Fadinard, un peu ému.

Madame la baronne a sans doute reçu le billet que je lui ai fait l’honneur… non ! que je me suis fait l’honneur… c’est-à-dire que j’ai eu l’honneur de lui écrire ?…


La Baronne.

Certainement… c’est une délicatesse… (Elle s’assied sur la causeuse et fait signe à Fadinard de prendre une chaise.)


Fadinard.

Vous avez dû me trouver bien indiscret…


La Baronne.

Du tout.


Fadinard, s’asseyant sur une chaise, près de la baronne.

Je demanderai à madame la baronne la permission de lui rappeler… que le dévouement est la plus belle coiffure d’une femme.


La Baronne, étonnée.

Plaît-il ?


Fadinard.

Je dis :… Le dévouement est la plus belle coiffure d’une femme.


La Baronne.

Sans doute. (À part.) Qu’est-ce que cela veut dire ?


Fadinard, à part.

Elle a compris… elle va me remettre le chapeau…


La Baronne.

Convenez que c’est une belle chose que la musique !…