Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

HENRIETTE, bas.

Courage, monsieur Armand !


ARMAND

Vous ? Oh ! quel bonheur !


MAJORIN

Adieu, Perrichon.


DANIEL, saluant.

Madame… mademoiselle…

Henriette et madame Perrichon sortent par la droite ;
Majorin et Daniel par le fond, à gauche.

Scène V


PERRICHON, ARMAND ; puis Jean et Le Commandant



PERRICHON, à part.

Je suis très-contrarié… très-contrarié !… j’ai passé une partie de la nuit à écrire à mes amis que je me battais… je vais être ridicule.


ARMAND, à part.

Il doit être bien disposé… Essayons. (Haut.) Mon cher monsieur Perrichon…


PERRICHON, sèchement.

Monsieur ?


ARMAND

Je suis plus heureux que je ne puis le dire d’avoir pu terminer cette désagréable affaire…


PERRICHON, à part.

Toujours son petit air protecteur ! (Haut.) Quant à moi,