Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
117
ACTE QUATRIÈME.

casion de sauver son semblable, sans danger pour lui, c’est un coup de maître ! Aussi, depuis ce jour, je suis sa joie, son triomphe, son fait d’armes ! Dès que je parais, sa figure s’épanouit, son estomac se gonfle, il lui pousse des plumes de paon dans sa redingote… Je le tiens ! comme la vanité tient l’homme… Quand il se refroidit, je le ranime, je le souffle… je l’imprime dans le journal… à trois francs la ligne !


ARMAND

Ah bas ? c’est vous ?


DANIEL

Parbleu ! Demain, je le fais peindre à l’huile… en tête-à-tête avec le mont Blanc ! J’ai demandé un tout petit mont Blanc et un immense Perrichon ! Enfin, mon ami, retenez bien ceci… et surtout gardez-moi le secret : les hommes ne s’attachent point à nous en raison des services que nous leur rendons, mais en raison de ceux qu’ils nous rendent !


ARMAND

Les hommes… c’est possible… mais les femmes ?


DANIEL

Eh bien, les femmes…


ARMAND

Elles comprennent la reconnaissance, elles savent garder au fond du cœur le souvenir du bienfait.


DANIEL

Dieu ! la jolie phrase !


ARMAND

Heureusement, madame Perrichon ne partage pas les sentiments de son mari.