Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/143

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Machut.

Mais il faut commencer par le commencement… être d’abord président du comice… J’ai vu les principaux électeurs… Ca bouillonne.


Caboussat.

Ah !… ça bouillonne… Pour moi ?


Machut.

Tout à fait… Par exemple, il y a le père Madou qui vous en veut…


Caboussat.

À moi ? Qu’est-ce que je lui ai fait ?


Machut.

Il vous trouve fier.


Caboussat.

S’il est possible ! Je ne le rencontre pas sans lui demander des nouvelles de sa femme… à laquelle je ne m’intéresse pas du tout.


Machut.

Oui… vous êtes gentil pour sa femme… mais pas pour ses choux…


Caboussat.

Comment ?


Machut.

Il en a fait un arpent pour ses vaches… Il prétend que vous êtes passé devant dix fois, et que vous ne lui avez jamais dit : "Ah ! voilà de beaux choux ! " Comme président du comice, il soutient que c’était votre devoir.


Caboussat.

Ma foi ! à te parler franchement, je ne les ai pas regardés, ses choux.