Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/378

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Ratinois.

C’est juste. (Par réflexion.) Mais, s’il n’a pas de causes, c’est comme s’il n’était pas avocat.


Madame Ratinois.

Cela viendra ; l’avenir est à lui !… Je ne comprends pas que tu aies accepté ce chiffre !


Ratinois.

Un jeune ménage qui a dix mille francs de rente… c’est pourtant gentil.


Madame Ratinois.

C’est la misère !


Ratinois.

Ah ! par exemple !


Madame Ratinois, lui donnant la carte restée sur la table.

Tiens, vois plutôt.


Ratinois.

qu’est-ce que c’est que ça ?


Madame Ratinois.

Le budget des enfants, que Madame Malingear a jeté sur cette carte pendant que vous étiez là !


Ratinois, lisant.

Loyer, six mille francs… toilette… coupé… vingt-quatre mille francs !


Madame Ratinois.

Et nous avons oublié les enfants !


Ratinois.

Qu’est-ce que cela prouve ?… Ce budget, on peut le réduire.


Madame Ratinois.

Oh ! si mademoiselle Malingear était une jeune fille simple,