Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


service qu’il m’a rendu n’est pas aussi grand que ma femme et ma fille veulent bien le dire.


DANIEL, étonné.

Ah bah !


PERRICHON

Oui. Elles se montent la tête. Mais, vous savez, les femmes !…


DANIEL

Cependant, quand Armand vous a arrêté, vous rouliez…


PERRICHON

Je roulais, c’est vrai… Mais, avec une présence d’esprit étonnante… j’avais aperçu un petit sapin après lequel j’allais me cramponner ; je le tenais déjà quand votre ami est arrivé.


DANIEL, à part.

Tiens, tiens ! vous allez voir qu’il s’est sauvé tout seul.


PERRICHON

Au reste, je ne lui sais pas moins gré de sa bonne intention… Je compte le revoir… lui réitérer mes remerciements… je l’inviterai même cet hiver.


DANIEL, à part.

Une tasse de thé !


PERRICHON

Il paraît que ce n’est pas la première fois qu’un pareil accident arrive à cet endroit-là… c’est un mauvais pas… L’Aubergiste vient de me raconter que, l’an dernier, un Russe… un prince… très bon cavalier !… car ma femme a beau dire, ça ne tient pas à mes éperons ! avait roulé dans le même trou.


DANIEL

En vérité ?