Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
45
ACTE DEUXIÈME.


Scène VIII


Armand ; puis L’Aubergiste et Le Commandant Mathieu



ARMAND

Quel singulier revirement chez Daniel ! Ces dames sont là… elles ne peuvent tarder à sortir, je veux les voir… leur parler… (S’asseyant vers la cheminée et prenant un journal.) Je vais les attendre.


L’AUBERGISTE, à la cantonade.

Par ici, monsieur…


LE COMMANDANT, entrant

Je ne reste qu’une minute… je repars à l’instant pour la mer de Glace… (S’asseyant devant la table sur laquelle est resté le registre ouvert.) Faites-moi servir un grog au kirsch, je vous prie.


L’AUBERGISTE, sortant par la droite.

Tout de suite, monsieur.


LE COMMANDANT, apercevant le registre.

Ah ! ah ! le livre des voyageurs ! Voyons !… (Lisant.) « Que l’homme est petit quand on le contemple du haut de la mère de Glace !… » Signé Perrichon… Mère ! Voilà un monsieur qui mérite une leçon d’orthographe.


L’AUBERGISTE, apportant le grog.

Voici, monsieur.

Il le pose sur la table à gauche.

LE COMMANDANT, tout en écrivant sur le registre.

Ah ! monsieur l’aubergiste.