Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 02.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Scène IX


Les Mêmes, Jean, Le Commandant



JEAN, annonçant.

M. le commandant Mathieu !


PERRICHON, étonné.

Qu’est-ce que c’est que ça ?


LE COMMANDANT, entrant.

Pardon, messieurs, je vous dérange peut-être.


PERRICHON

Du tout.


LE COMMANDANT, à Daniel.

Est-ce à M. Perrichon que j’ai l’honneur de parler ?


PERRICHON

C’est moi, monsieur.


LE COMMANDANT

Ah !… (À Perrichon.) Monsieur, voilà douze jours que je vous cherche. Il y a beaucoup de Perrichon à Paris… j’en ai déjà visité une douzaine… mais je suis tenace…


PERRICHON, lui indiquant un siège à gauche du guéridon.

Vous avez quelque chose à me communiquer ?

Il s’assied sur le canapé. Daniel remonte.

LE COMMANDANT, s’asseyant.

Je n’en sais rien encore… Permettez-moi d’abord de vous adresser une question : Est-ce vous qui avez fait, il y a un mois, un voyage à la mer de Glace ?