Page:Labiche - Théâtre complet, Calman-Lévy, 1898, volume 03.djvu/206

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Beaudéduit.

Parfaitement… parfaitement… Vous venez me prier de prendre la porte…


Jurançon.

Et vous prenez une chaise.


Beaudéduit.

Oui… il y a de la lune… je préfère partir à la fraîche…


Jurançon, à part.

Et Bécamel prétend que cet homme-là est susceptible ! Allons donc !


Scène XVIII

Beaudéduit, Jurançon, Cécile



Cécile, entrant par la gauche.

Je viens de voir mon père…


Beaudéduit, se levant.

Il a retiré le mot ?


Cécile.

Non.


Beaudéduit.

Très bien !…

Il met ses gants.


Cécile.

Vous avez donné un soufflet à son filleul… à son benjamin…


Beaudéduit.

Je ne le regrette pas !